Ca y est, le coup d’envoi est donné, la Coupe du Monde en Russie est lancée. Et nous on a « traversé » le pays à la recherche des meilleurs chefs-d’oeuvre réalisés dans les rues de la Sbornaya. Un Messi ou un Cristiano aussi haut qu’un immeuble, c’est à voir.

Aaaah, la coupe du monde, le football, ses sublimes joueurs, les soirées apéros pizza-bière foot (ou coca pour les moins alcooliques). Ce que j’aime durant cet événement ? C’est toute l’ambiance, ce rassemblement de personnes de tout horizons, de toutes générations, réunies pour une même cause, voir son équipe gagner.
Même quand t’es une nana et que tu n’y piges rien aux coups francs et hors jeu, bien qu’on te l’a expliqué un nombre incalculable de fois, tu te prends à aimer le football. Cet engouement, ces affrontements de pays, la tension qui jailli à travers les rivalités tout en restant dans une ambiance bon enfant entre supporters, des montées d’adrénaline devant des actions de jeu qui nous tiennent en haleine, cette atmosphère d’enjeu mondial. C’est pour ça qu’on aime la Coupe du monde. Et aussi pour ses joueurs il faut le dire.

La Russie étant mise à l’honneur en tant que pays organisateur cette année, on est « parti » voir ce qui se faisait en terme de street-art de ce côté du globe. Comment s’est préparé le pays et ses artistes pour cet événement ?

On vous a fait une sélection de street-arts footballistique réalisés à travers le pays. Et comme on aime les joueurs, voici les sélectionnés par nos soins.

On commence notre premier arrêt dans la ville de Bronnitsy, qui accueil le camp de base de l’Argentine. L’artiste Sergey Erofeev a eu le plaisir de représenter le légendaire capitaine de l’Albiceleste, Lionel Messi qui a eu l’honneur d’être représenté sur les murs d’un bâtiment de la ville.

READ  Quand les chanteurs rappeurs inspirent des customs

 

À Kazan, c’est Cristiano Ronaldo qui est représenté par l’artiste russe Dmitry Chalov sur la façade d’une maison face à l’hôtel de la Selecçao, aux couleurs dominantes de leur maillot.

À Samara, c’est un ancien attaquant légendaire du Brésil, Manuel Francisco dos Santos, surnommé Garrincha, qui a été peint sur un bâtiment de plusieurs étages. Hommage à sa performance fantastique à la Coupe du monde de 1962, année où le Brésil a été sacré champion du monde. On dirait presque une photographie en noir et blanc tellement l’artiste a travaillé les détails.

 

Toujours dans la même ville, on peut trouver plusieurs représentation du fameux gardien soviétique et russe, Lev Yashin. On remarque à quel point ce gardien est un symbole tant il est représenté à travers le pays, comme par exemple à Taganka.

Kaliningrad, ville accueillant la coupe n’est pas en reste concernant le street-art dans ce contexte mondial de Coupe du monde. On peut trouver des représentations du russe Igor Akinfeev, du Belge Jan Vertonghen ou même encore de l’espagnol Sergio Ramos.
Ici, c’est le belge qui a été représenté.

Et toujours à Kiliningrad, sur l’île d’Octobre, un chef-d’oeuvre original puisque fait en mosaïque, recouvre les murs de ce bâtiment de plus de dix étages. L’artiste à l’origine s’est oeuvré pour rénover les autres bâtiments qui l’entoure, visibles depuis le stade.

Ca y est, le pays est prêt, et nous aussi. D’ailleurs on va aller s’échauffer. Hey, c’est du sport de soutenir une équipe, qu’est-ce-que tu crois ? 🙂
Go go go les bleus !!!