Le RED STAR, un club de foot qui existe depuis 120 ans. Cette équipe à la base crée pour favoriser la mixité sociale. Porte haut et fort des couleurs emblématiques : une étoile rouge qui nous emmène dans les nuages, et un vert qui nous ramène sur le terrain. Retours sur ce club, qui fait la fierté du 9.3.

Après une collaboration avec le Webzine VICE en Novembre 2017, le Club veut aller plus loin, ses dirigeants, notamment désireux de stopper le départ de leurs meilleurs joueurs, le centre de formation du club audonien, réfléchissent à une stratégie sur le long terme. 

On aurait entendu du dire, que le club ouvrirait ses portes en septembre 2019 à La Courneuve. A condition que le club se maintienne en Ligue 2.

Abou Diaby, Lassana Diarra, Alexandre Song, Moussa Sissoko ou Sofiane Feghouli. Cinq joueurs ayant connu le plus haut niveau, dont l’aventure a débuté au Red Star. Un club qu’ils ont quitté dès l’adolescence pour parfaire leurs gammes dans un centre de formation. Le constat est le même aujourd’hui. Matias Ferreira, jeune joueur originaire de Saint-Ouen, a rejoint le centre de formation du FC Sochaux à 15 ans, avant de revenir au Red Star quelques années plus tard.

Voir ses meilleurs éléments quitter le club, c’est ce qui a en partie motivé la décision des dirigeants de l’étoile rouge de disposer d’un centre de formation. « Sur les 20 dernières années, nous avons perdu une cinquantaine de joueurs, dont trente sont devenus professionnels, liste Régis Pillon, secrétaire général du club. Nous avons de très bons formateurs et il faut capitaliser dessus. »

READ  Artistes, jeunes marques, shops déployez-votre activité en adhérant à Son Of Sneakers.

Un double enjeu, car la formation contribue également au développement économique d’un club. « Cela réduit les frais liés aux indemnités de transferts, car vous avez moins besoin de recrues. Cela évite de se perdre dans un marché des transferts illisible, grâce à la promotion interne, et cela peut permettre, le cas échéant, de réaliser des plus-values en vendant après que les joueurs formés aient servi l’équipe première”, éclaire Thierry Guillou.

Lire la suite