Après l’acquisition de mes premières « Jordan », il y a forcément eu l’achat de la 1ere basket de ma collection perso. Comme tout bon sneaker addict qui se respecte, il a bien fallu un déclic. Qu’est ce qui a bien pu générer en moi cette envie de posséder plusieurs paires de baskets ? Quel a été l’élément déclencheur ? Au départ, je n’étais pas vraiment disposé à faire une collection. D’ailleurs, j’utilisais surtout mes paires pour pratiquer mon sport préféré. Mon désir de les conserver et d’en faire une collection, est venu au fil des années. En même temps, avais-je vraiment le choix ? Ancien vendeur sportif dans le rayon Basket et sport US, j’avais tout loisir d’étancher ma soif. Des paires en veux-tu en voilà, à des prix plus qu’intéressant ; comment voulez-vous que je résiste. D’ailleurs, je n’ai même pas essayé et les paires se sont accumulées. Malgré tout, il y a bien eu une première. La toute première pierre de l’édifice.

Pour ce faire, je n’ai pas eu à me creuser la tête bien longtemps. NYC, Broadway, un petit magasin de quartier sera le lieu de mon 2nd coup de foudre. Pour ceux qui me suivent, ils savent que ma 1ere quête était pour … (fallait suivre, tant pis). Donc nous sommes à New York City et je ressors de l’échoppe une boite de « Air trainer » blanche et jaune sous le bras (pour les connaisseurs c’est l’une des premières chaussures dessinées pour le training et un modèle sera dessiné spécialement pour Bo Jackson). Forcément en ce jour bienheureux de septembre 1989. Année du bicentenaire de la Révolution Française, je fais la mienne sans m’en rendre compte. Je tiens ma 1ere pièce, sans savoir que 20 ans plus tard elles exploseraient en miette sur le terrain du BMSB. Mais ça c’est une autre histoire. Evidemment, comme tout collectionneur qui se respecte mon cœur allait flancher à de nombreuses autres reprises.

READ  L'Hebdo Rudymentaire, où les confessions d'un Sneakers Addict #17

Je vous épargnerais la liste des autres prises. Non, n’insistez pas. C’est vrai, ça ne vous parlerait pas . Qui s’intéresse aux Adidas KB8 et Crazy eight, aux air max uptempo 95, aux And 1, ou autres Air Penny 2 et Air Zoom Flight 5. Autant de noms, qui sonnent peu ou prou à vos oreilles. Je sais que certains ont l’impression que je leur parle latin et pourtant ces patronymes barbares appartiennent justes à mes petites merveilles. Elles sont aujourd’hui âgées et fragiles. Mais toujours aussi belles à mes yeux. En sachant que chaque collectionneur à sa façon de faire. Sa façon de choisir sa collection. Sa marotte. Certains vont se focaliser sur les « Jordan » ; d’autres sur un modèle bien précis et d’autres encore sur une marque ou une catégorie de sneaker. Moi, je fonctionne au coup de cœur.

 Pix by : Eric Powers