On ne le sait pas encore mais l’ère Jordan vient de commencer et la Nike Air Jordan One va bouleverser le petit monde de la basket.  Tous les codes vont changer. Nike a ouvert les vannes et tous les modèles qui ont suivis et n’avaient pour seul objectif que de concurrencer ou battre la dernière-née de chez Jordan. Les succès sur les parquets, de la nouvelle icône de la marque au Swoosh, va permettre d’asseoir un peu plus la légende de la méga star de Chicago. De 1990 à 2004 c’est pour moi l’âge d’or de la NBA et des sneakers. Avec les Jeux Olympique de 1992 comme point d’orgue. Malgré tout la concurrence ne s’en laisse pas conter et tente de résister. Chez Reebok on tente la révolution pump, suivie de « The answer » d’Allan Iverson (la réponse). Toutes les stars NBA des années 90, voire 2000 s’y sont essayées avec des modèles à leur nom, notamment Patrick Ewing, Shaquille O’neal. Certaines marques ont associé leur avenir à un joueur emblématique, tel LA Gear avec Karl Malone ou Fila avec Grant Hill, Puma avec Isaiah Thomas. Cependant, aucun n’a pu ou su remettre en cause l’hégémonie de His Airness « Maitre des Airs ».

La révolution de la fin des 80’s a commencé à s’essouffler avec le départ à la retraite de MJ en 2003. Il a fallu attendre l’émergence de nouvelles stars telles que Kobe Bryant, Lebron James ou Kevin Durant. Aucun d’entre eux n’atteint pour l’instant l’aura, la renommée ou la dimension de MJ. La silhouette de Jordan, dessiné par Tinker Hatfield est l’une des références les plus connues des adolescents d’aujourd’hui ; alors même qu’ils n’étaient pas nés quand Jordan martyrisait encore les cercles de la NBA. Si bien que les compagnies ont se sont décidés à mettre ne place une nouvelle vague. Elles surfent sur le revival, la réédition de modèles à succès.  Elle se nourrissent de ce filon qui a sauvé Adidas de la faillite. Stan Smith au secours d’Adidas qui l’eut cru ? Nike n’a pas hésité longtemps pour lui emboiter le pas et voici que déferle depuis quelques années les rééditions de tous les modèles de Jordan, depuis la 1ère jusqu’à la  23ème. Ainsi que les modèles qui ont accompagné ceux du joueur des Bulls, comme les CB34, l’ « AIR Pippen », ou les Penny Hardaway. Aaaah, la Foamposite quel régal. Il suffit juste de jouer sur les motifs, les matières ou les couleurs pour vendre le même modèle plusieurs fois. Du pain béni pour les Brands !

READ  Hebdo Rudymentaire 49 : "La basket des terrains de sport aux podiums des défilés de la Fashion week"

Et pour nous, pauvres apôtres, cela devient un casse-tête permanent. Malgré tout, la verve des « eighties », restera pour moi un rêve. Ne serait-ce que pour ces pubs incroyables de Spike Lee ou celles avec Bugs Bunny et pour tous ces modèles qui m’ont fait saliver et que je n’ai pu acheter. Quelle frustration ! Mais c’est aussi ce qui fait de moi aujourd’hui un « Sneaker Addict ». Et je ne me soigne toujours pas…