Etre sneaker addict n’est pas qu’une exclusivité masculine et la gente féminine délaissent de plus en plus ses talons pour des sneakers. La tendance actuelle étant même la mise en avant de la basket de papa.  

En échangeant régulièrement avec vous, j’ai compris au moins une chose, c’est que j’aime porter des baskets. Comme je l’explique à longueur d’hebdo, c’est vraiment un plaisir ineffable. Je ne reviendrai pas sur toutes les émotions qui me submergent quand j’achète une nouvelle basket, mais c’est vraiment quelque chose d’unique. Néanmoins, ce que je préfère c’est flâner dans les magasins, juste pour découvrir les petites nouveautés. Toucher, ausculter, essayer et adopter ou non certains modèles, je trouve ça assez jouissif. J’aimerais, d’ailleurs, pouvoir systématiquement donner mon avis aux vendeurs ou aux designers parce que, parfois, je ne comprends pas l’intérêt de certains modèles.  Evidemment, je n’achète pas tout ce que j’essaye, heureusement d’ailleurs, car je crois que ma femme ne supporterait pas. Et puis, il faut quand même garder un peu d’argent pour se nourrir ou habiller les gosses. D’ailleurs, j’apprécie faire la tournée des shops à la recherche d’une paire pas chère pour mes garçons. Ils ne sont pas encore addict, mais ils adorent quand je leur ramène leurs nouvelles sneakers. Du coup, j’ai appris à connaître toutes les astuces pour acheter pas cher ou de manière raisonnable. Ils ne sont pas trop difficiles, du moment qu’ils possèdent leur paire de stabilisé pour l’école. Meilleur moyen pour eux de pouvoir jouer au foot dans la cour de récré et ne pas se faire disputer par leur père. En même temps, si je les prenais en flagrant délit de shoot avec une Jordan, je crois que je me transformerai en Buggin Out après qu’un quidam en maillot Celtics ait souillé ma nouvelle paire. Forcément, ils connaissent Michael Jordan et sont donc fiers d’en porter, même si les enfants restent des enfants. Du coup faire la tournée des factory, des soldes ou des magasins à prix intéressants est une gageure mais je finis toujours par trouver leur bonheur. Enfin, surtout le mien, mais chut.

READ  L'Hebdo Rudymentaire, confessions d’un Sneakers Addict #9

Non, vraiment j’adore ça, sauf quand il faut trouver une paire pour madame. Non pas qu’elle soit difficile ; sur ce point là, elle me fait totalement confiance. Mon problème serait plutôt qu’elle n’utilise pas beaucoup de paires de baskets. Elle en possède 5, en sachant qu’il y en a une, quasi neuve, et jamais portée. Clairement, la basket, ce n’est pas son truc. Alors, imaginez sa tête à chaque fois qu’elle découvre une nouvelle arrivée au sein du foyer ? Non, vraiment c’est quelque chose d’énigmatique pour elle. Un phénomène paranormal qui m’aurait frappé de plein fouet. Si le docteur Freud existait encore, je pense qu’elle aurait déjà pris un rendez-vous pour moi. Du coup, je dois ruser pour lui acheter de nouvelles paires, d’autant plus que les marques ont vite compris que l’avenir de l’homme était … la femme et leurs progénitures. Ce n’est pas pour rien que des magasins spécialisés ou des rayons exclusif pour l’enfant et la femme ont vu le jour dans des chaines comme Courir ou Foot Locker. La basket au féminin se veut très (trop ?) colorée, plus étroite, parfois fonctionnelle, souvent avec une connotation mode. Ce n’est pas pour rien que les modèles préférés de ces dames soient des icones (Superstar, Stan Smith ou Air Force), voire des incontournables (All Star, Vans old skool et Cortez), les running type New Balance, air Max et Gel Lyteou alors des modèles très « mode » comme la chaussette speed, la Yeezy et la Disruptor.

Mais, la tendance du moment, le truc que les femmes arborent désormais, avec fierté, c’est la fameuse dad shoes. Kesako que ce truc me direz vous ? C’est tout simplement une grosse basket old school des années 90. Certaine en mode running comme la Ozweego ou la Yeezy Wave Runner 700 d’Adidas, la Nova Pastel Grunge de Puma, voire la MK2 de Nike. Mais, on les trouve aussi dans une forme plus tennis ou basket chez beaucoup de marques. Cela donne un look assez tendance à porter aussi bien avec un jean qu’en robe ou en jupe. Quelque soit la tenue, pourvu que la basket soit imposante et colorée de préférence. J’ai bien tenté de convaincre madame qu’elle pourrait en porter une au bureau. A mon grand regret, elle a refusé d’échanger ses Nikelab free focus contre n’importe quel autre modèle de dad shoes. Dommage, car je l’aurais bien imaginé avec une paire de Balenciaga Triple S. Mais, la raison triomphe souvent chez nous. En même temps, je ne sais pas si vous en avez déjà croisé dans la rue, ou si vous en avez acheté, mais les dad shoessont quand même assez imposantes et lourdes. Alors oui, leur look est assez sympa, mais est-ce suffisant pour se laisser convaincre ? En tout cas, ma femme a fait son choix privilégiant le confort à la mode, l’efficacité au paraître. Du coup, je n’ai plus acheté de basket à madame depuis 1an. Pourtant, il en existe des modèles, mais même une jolie paire de Jordan 1 rose et noire n’a pas trouvé grâce à ces yeux. Frustration quand tu nous tiens.