L’été est caniculaire, vous l’avez remarqué, 36 degrés un jour, 38 le lendemain, 42 le troisième jour. L’air chaud nous abruti et pas moyen d’enfermer mon 42,5 dans des baskets. J’ai remisé mes JORDAN au placard, comme par temps de pluie.

La chaleur étouffante et suffocante, accentuée par la pollution et ses particules fines a raison de mes convictions. Pourtant, l’été synonyme de vacances, de liberté ; avec ses shorts et ses tee-shirts, est souvent un moment privilégier pour sortir ses plus beaux atours. Il est vrai que c’est surtout pour moi l’heure des tongs et des baskets blanches immaculées. Bref, l’été on l’attend toute l’année avec impatience, surtout au cœur de l’hiver, quand à -5 on se demande ce qui a pu nous pousser à croire qu’une paire de Jordan 11 pouvait nous protéger du froid. Devant ce soleil brulant, je préfère et de loin laisser mes orteils respirer en claquette, « A bas les claquettes-chaussettes » ! D’aussi loin que je me souvienne en tout cas, je n’ai jamais connu pareil temps en été, tout du moins à Paris, et franchement malgré sa beauté, la capitale n’est pas le lieu adéquat pour profiter de cette chaleur. Il est certain que flâner dans les rues de la capitale en fin de journée, reste un moment spécial. Laissons les plages aux autres et profitons en pour déambuler dans les rues désertées par les vacanciers. Allons respirer un peu de fraicheur sur les rooftops, un verre à la main dodelinant de la tête au son des DJ’s. Donc coincé dans la ville lumière, pendant qu’une boule de feu continue de cramer notre planète. Je me demande quelles paires seraient parfaites pour aller au bureau. En effet pas question de chausser les tongs au boulot, canicule ou pas. Cette idée n’a pas arrêté de trotter dans ma petite tête.

Eté équivaut souvent à pantalon en toile, un chino de préférence, avec une chemise en lin, fil à fil ou popeline, mais surtout pas de chemisette, trop kitch. Du coup, il me faut réfléchir à l’option chaussure, parce que les bateaux c’est bien, mais une petite paire de tennis en toile c’est pas mal non plus. Tout sneaker addict que je suis, je me dois de porter haut mes couleurs et mes gouts. Mon premier choix s’est tourné d’office vers la valeur sûre de ma collection, converse basse bleu marine, associée à un chino beige et une chemise blanche, classique et chic, parfait pour « the office ». Les vans noirs auraient été sympas, mais elles ont un petit côté ado-skater qui ne me correspond plus vraiment. Ensuite, vient mon petit préféré : la « Adidas Hu Pharell » ultra légère, ultra confortable, si bien qu’on en oublie qu’on est en basket. Bon, il est vrai que chez Adidas une Stan, une gazelle, une superstar voir une « advantage » immaculée ça a aussi de la gueule. Mais très (trop) conventionnelle et pas assez décalées. Mon coup de cœur va tout droit pour mes « Vapor Max ». Juste un régal à porter. Si bien qu’on a la sensation de marcher sur un nuage, mais les regards discriminatoires de mes collègues m’ont obligé à les abandonner pour de plus discrètes « All court basse white ». Dans notre société franco-française, l’habit fait souvent le moine, malheureusement. Parce que si je m’écoutais, j’aurais pu chausser des « originals Deerupt » et le débat serait clos ; mais bon même là ça me semble compliqué. Du coup, il faut parfois savoir raison garder et se contenter d’un style plus adapté, plus cool que le costume, certes, mais pas trop décontracté, non plus.  D’ailleurs, ma dernière découverte a été pour une marque que je ne connaissais pas : « HUF ». Marque de Skater créé au début des années 2000, j’adore leur modèle SOTO toute blanche, qui est vraiment top pour cette période de l’année. A chausser dès le début du printemps. En jean bleu marine ou en pantalon, elles feront leur petit effet.

Bien sûr, cette liste n’est pas exhaustive et ne contente que votre humble serviteur, mais c’est surtout que certaines paires, bien qu’agréables à porter par cette chaleur, ne sont pas à mettre entre toutes les mains ……ou pieds en l’occurrence. Surtout avec un chino, ou un pantalon en toile. La « Yeezy Boost 350 » par exemple n’est pas terrible dans ce combo. Je ne parlerais même pas des paires de running type Noël, New Balance, Asics ou autre Huarache. De même, je trouve qu’il est préférable de privilégier une couleur immaculée et unie ou neutre comme le blanc ou le noir, bien plus facile à marier avec vos vêtements. Et si vraiment vous ne pouvez pas vous passer de la sacro-sainte chemisette, alors évitez celle de magnum et prenez-la blanche. Mettez-la avec un tee-shirt blanc et mariez-la à une paire de Air Max du même colorway ou une paire de Cortez, vous ferez sensation avec votre look vintage. Du pur Michael Douglas dans « Chute Libre », ça risque quand même d’inquiéter vos collègues, m’enfin pourquoi pas. Autres sneakers qui n’auraient pas dépareillé avec mes chino, c’est la « gabardine » de Prada et la « trainer speed » de Balenciaga …. Malheureusement, je n’en ai plus les moyens. Mon addiction est toujours sous contrôle, je ne peux donc pas toujours lâcher les chevaux. A moins que … Bref, comme vous le voyez au bureau en été, tous les style sont permis, du moment que vous évitez les fautes de gout et que vous prenez soin de vos petons. Il ne me reste plus qu’à aller chercher un peu de fraicheur dans un centre commercial en quittant le bureau ce soir, tout ça m’a quand même donné des idées. Du coup, j’ai des emplettes à faire …. J’ai vu une petite paire de Fred Perry B721 Leather white qui m’attend sagement, je ne vous dis que ça…. A moins que je ne craque pour les Deuce Canvas Tricot ou les 722 ? La vie d’addict est parfois compliquée…

READ  Le Sneakers Summit Paris 2019 : "Les Baskets de la Rue au Grand Écran"