A chaque jour suffit sa peine, me disait ma mère. A l’époque, je ne comprenais pas cet adage, mais quand aujourd’hui j’ouvre mon instagram et que je vois les annonces quotidiennes des sorties « sneaker » chez tous les brands, je me remémore cette phrase. A chaque alerte je me dis qu’ils ne peuvent pas faire mieux, mais les designers ne cessent de repousser les limites. Ils arrivent même à faire du neuf avec du vieux. A nous vendre du rêve sur du concret, ou le contraire. Bref, à nous faire passer des vessies pour des lanternes et on continue d’y croire. Il est vrai que pour un passionné, comme moi, c’est un paradis. D’ailleurs dans les prochaines sorties je vous conseille la Jordan 6 Golden Harvest ou la Air Max 97 voir la Nemeziz tango de chez Adidas. Nous sommes du coup ( je parle pour les addict), en pleine réflexion journalière. Dois-je ou non l’acheter ? En ai-je réellement besoin ? Sempiternelle question avant de passer à l’acte.

 

Parfois, je me surprends à laisser mes yeux trainasser sur les pieds d’autrui. Bizarrement c’est un réflexe que j’ai depuis mon adolescence. J’adore observer et garder en tête tous les petits détails que je peux piquer. Donc, c’est devenu au fil du temps comme une seconde nature. Me voilà presque surpris quand, admirant un jolie paire de Air Force 1 ultraforce, d’un joli vert, en pleine rue, je fus pris en flagrant délit par le porteur de ces beautés. Un hochement de tête, un pouce levé et le quidam repart un sourire aux lèvres, fier d’avoir reçu l’approbation d’un tiers. Me voilà donc poursuivant ma route, l’esprit vagabond et l’humeur jovial, cette petite scène m’ayant fait prendre conscience de l’importance pour certain de leur look et de l’approbation par d’autres de leur choix. Il est vrai que souvent devant mon placard je m’interroge sur la paire que je devrais porter. Le tout devant, évidemment s’accorder avec ma tenue. Alors, je me suis demandé qu’est ce qui nous poussait à rester là, circonspect. C’est vrai, on achète une paire parce qu’elle nous plait. Parce qu’on a eu un coup de cœur ou simplement parce que c’est un modèle unique ou la pièce à avoir dans son armoire.

READ  Nous sommes tous accros à la Air Jordan V !

 

Fort heureusement, je ne suis pas atteint de nihilisme et j’aime profiter de chacune de mes paires pour m’en mettre plein les yeux. Mais je le fais pour qui ? Moi ou les autres ? Je le fais pour ma confiance en moi ou pour mon estime de soi ? Je suis certain, que vous aurez remarqué tous ces gens en basket dans les rues ! On pourrait les prendre pour de simples adeptes, mais ce n’est pas une secte, juste une communauté, car la plupart porte des sneakers pour le confort, plus que pour le style. Les passionnés se reconnaissent entre eux, mais ne sont pas pour autant omniprésents. En un hochement de tête, un regard et on se reconnaît. Selon la paire à nos pieds, on sait. Ceci ne fait donc que me conforter dans l’idée qu’on choisi sa paire en fonction des autres. Pour la montrer. Nous aimons toutes nos sneakers, mais l’intérêt de les avoir, ne serait ce pas pour les porter et recevoir l’aval de la communauté ? Que ce soit dans les rues de Paris, de New York ou de Barcelone. On se fait plaisir tout en faisant plaisir aux autres. C’est un mélange de tout cela. Une forme de partage qui peut parfois devenir gênant quand cela devient ostentatoire. Alors restons Zen. L’essentiel étant d’être bien dans ses baskets. Je finirais par ses mots de Friedrich Nietzsche : « puisse chacun avoir la chance de trouver justement la conception de la vie qui lui permet de réaliser son maximum de bonheur. »