L’Hebdo Rudymentaire, où les confessions d’un Sneakers Addict #1

feedproxy.google.com

Quand, j’ai proposé de parler de la « basket » ; je ne pensais pas forcément à mon addiction pour mes Sneakers. Et puis, je me suis dit que cela pourrait me servir de thérapie, ou pas. Ceci dit et en toute franchise, je ne cherche pas vraiment à me soigner. D’ailleurs, pourquoi faire ? Je me complais dans mon addiction, dès lors il n’y a aucune raison de changer. Mais, revenons au sujet principal, les baskets. Ou plutôt « mes » baskets, je dis « mes » car elles sont devenues « mes » choses, «ma» propriété, « mon » graal.

Je me rends compte que de parler de baskets, n’est point chose aisée. C’est comme demander à Roméo de parler de Juliette ou à Cyrano de parler de Roxane. Je ne peux rester neutre et insensible, malgré tous mes efforts ma verve ne sera peut-être pas au niveau escompté. Bonjour Je m’appelle Rudy et je suis « sneaker addict ». Ce n’est pas une maladie, même si certains dans mon entourage s’interrogent. Rien de grave pourtant, il faut juste comprendre que nous avons un besoin impétueux de posséder. Pas juste acheter, non. Posséder un certain type de bien : La Sneaker.
Je ne vais pas refaire l’histoire et jouer les anciens combattants en racontant une anecdote sur chaque paire de basket. Pourtant, il serait bon ton de commencer par … le commencement. D’où vient cette envie irrépressible de s’acheter ces choses qui, ma foi, ne servent qu’à se déplacer, voir pratiquer une activité physique. Tout le monde connait la marque Converse grâce à Chuck Taylor. Ancien joueur et entraineur de basket dans les années 20 qui fut un précurseur. Il n’existait pas vraiment de chaussures à la pratique du basketball. Devenu entretemps vendeur chez Converse, Chuck propose de redessiner la chaussure, la faire plus montante pour un meilleur maintien de la cheville. On va y rajouter le logo étoilé ainsi que le nom de Chuck Taylor. Ainsi nait La Chuck Taylor all star.