J‌ean Rochefort s’est éteint dans la nuit de dimanche à lundi dans un hôpital Parisien. Cet immense acteur autant par la popularité que par le talent a marqué des générations de cinéphiles. Il nous a bluffé par son jeu d’acteur, mais également par ses interviews et ses idées. Il est déjà regretté de tous et fait l’unanimité partout. Né à Paris en 1930, il adorait la vie, les femmes, les chevaux et la Bretagne. Mais ce qu’on ne sait moins de lui, c’est qu’il était un « sneaker addict » avisé. Il n’y a qu’à voir ses apparitions télévisuelles, chaussé Jordan ou autres pièces rares, qu’il arborait fièrement.
Depuis hier, chacun y va de son anecdote. Parle de « sa » rencontre avec l’homme Rochefort, le géant du cinéma français ou l’acteur hors norme qu’il était. Chacun y va de sa petite larme se remémorant une réplique, un commentaire qui décriraient le mieux ce grand monsieur, mais comme le dit si bien son fils « Son père est trop complexe pour être croqué justement. »

Pour moi Rochefort incarnait l’élégance à la française. Le chic bourgeois des grandes familles et le voir porter en sus ses « Jojo » sans vergogne, ne peut que me conforter dans l’idée que cet immense acteur était également un homme de goût. Certes, il était également un homme aux multiples visages. Capable d’utiliser à bon escient le terme « boloss » dans une interview, ou de rendre l’équitation géniale à regarder. Car en plus de ses rôles, il incarnait l’équitation depuis les JO de 2004 sur les ondes de France Télévision. C’était juste un régale de l’écouter conter les histoire d’écurie ou de chevaux. Nous décortiquer les figures équestres lors des épreuves de dressage, m’était devenu un rendez-vous indispensable. Comme je l’ai dit cet homme a eu plusieurs vies en une seule. Dans ma jeunesse, il incarnait le « mal » en la personne du colonel Louis Toulouse dans le grand blond avec une chaussure noire, l’insolent dans le rôle de « la Taupe » dans Cartouche; et que dire d’Etienne, ce quadragénaire stylé qui sans se démonter se ballade sur la corniche de sa maitresse dans un éléphant ça trompe énormément. Bref, il était exceptionnel.

READ  Sneakers Release : Air Max 97 LX x Swarovski, une collab' qui brille

Alors ce dire que Jean Rochefort avait pour les baskets en général et les « Jordan » en particulier un amour immodéré, cela me laisse coi. Il aimait se pavaner en sneaker. Il portait si bien le smoking et la Jordan. Le tweed et la « And one » ou le pantalon en toile et la Jordan 7. Bref, il adorait ça et avait d’ailleurs une jolie collection personnelle à plus de 80 balais. Ce n’est pas juste une légende du cinéma français qui s’est éteinte à 87 ans, mais également une légende « sneakerhead ». Qui en plus de sa collection, était un connaisseur suffisamment pointu, pour choisir ses modèles avec une grande rigueur. Cet homme de lettre, avait de l’humour et aujourd’hui qu’il est parti, il restera à jamais dans nos coeurs. il rejoint les autres étoiles disparues avant lui. En même temps et comme il le disait si bien dans sa réplique issu du film « les clefs de bagnoles » en 2003, « j’ai tourné avec les plus grands, ce n’est pas pour tourner avec les plus petits. »