Vous les adorez, vous les détestez, vous entretenez avec elles des relations charnelles, tumultueuses, conflictuelles ou passionnelles. Elles vous hantent, vous obsèdent, et vous attendez les nouvelles créations comme un sultan attend son nouveau harem. Bref, vous êtes in love des marques qui font de votre corps une galerie d’art mobile et vous parlez de Nike, Adidas ou Reebok comme d’un membre (important) de votre univers social. Faisons le point sur les origines de grandes marques de sport qui font nos vies, aussi.

  • 1895 – Reebok – Angleterre – Joseph William Foster

Lorsque Joseph William Foster fonde la société J.W. Foster and Sons à la fin du 19ème siècle, il ne se doute pas qu’en devenant « Reebok » en 1958 sa petite entreprise de fabrication de chaussures d’athlétisme allait devenir l’une des marques les plus importantes dans la sphère de l’industrie du sport, avec 8 000 employés et rachetée par Adidas pour près de 4 milliards de dollars (en 2005).
Créée à Bolton dans la région du Grand Manchester, la marque anglaise est déjà fournisseur officiel des athlètes lors des JO d’été de 1924.
En 1958, ce sont les petits-fils du fondateur, Joe et Jeff Foster (tiens, 2 frères, comme chez les Dassler -voir plus bas-) qui choisissent le nom « Reebok », du nom d’une antilope sud-africaine (« rhebok » en Afrikaans).
En 1982, Reebok est la première société à produire un modèle de sneakers exclusivement féminin, les Reebok Freestyle. 7 ans plus tard, en 1989, arrivent les Reebok Pump, suite à l’invention par Nike des baskets à air comprimé.
Côté Basketball, Reebok est en partenariat avec la NBA depuis 2001. Avant cela, Shaquille O’Neal, star du Orlando Magic, avait espéré concurrencer les Air Jordan de Nike avec le « Shaq Dunkman Logo » dans les 90’s. En vain. Allen Iverson est le joueur le plus important dans l’univers Reebok puisqu’il avait signé un contrat avec la marque d’un montant de 56,24 millions d’euros et co-signé une dizaine de pairs sur le marché.

reebok-shaq-attaq-iv-4-black-white-blue-04

httpssss://youtu.be/rGr3AJfV1rA

 

  • 1900’s – Converse – Etats-Unis – Marquis Mills Converse

La Converse Rubber Shoe Company est créée en 1908 par Marquis Mills à Malden (nord de Boston). « Converse » était le nom de famille de sa mère. En 1917 sort la première chaussure de sport de la firme, la Converse All Star. C’est en 1923 qu’elle trouvera sa forme actuelle sous l’impulsion du basketteur Chuck Taylor, alors embauché depuis 2 ans comme agent commercial. Ancien joueur des Akron Firestone (près de Cleveland, Ohio), Chuck fera le tour des Etats-Unis pour défendre la Converse auprès des athlètes avec un succès impressionnant, et ce jusqu’à sa retraite en 1968 (il meurt l’année suivante). En 1932, la compagnie décide de faire imprimer son nom sur le macaron orné d’une étoile bleue qui représente la marque depuis des décennies. Ce sera la seule récompense pour les efforts de Chuck : un beau symbole mais qui ne lui a pas rapporté le moindre dollar.
En 1984, Converse All Star est le sponsor principal des JO de Los Angeles.
Durant ces mêmes années 80’s, Converse marque par son double partenariat avec les joueurs Larry Bird et Magic Johnson.

Michael Jordan en Converse aux JO de 1984. Cependant, il signera pour Nike en octobre de la même année.

httpssss://youtu.be/m0uEHnO7tEE

READ  Air Max Day 2017: MADNESS !

 

Converse appartient au Groupe Nike depuis 2003, lors d’une transaction d’un montant de « seulement » 305 millions de dollars (269  M€). En perte de vitesse, c’est Nike qui a permis à la marque de reprendre un nouveau souffle.
Côté basket-ball, Converse commercialise les Weapon, Wade, Icon Pro, Maverick, etc.

James Dean et ses Converse Jack Purcell

  • 1920’s – 1940’s – Adidas & Puma – Allemagne – la dispute des frères Dassler

En 1924, les frères Dassler, deux Allemands entrepreneurs, s’aiment encore et fondent l’entreprise Gebrüder Dassler Schühfabrik (fabrique de chaussures des frères Dassler) dans le but de fabriquer des chaussures pour athlètes. L’entreprise est florissante et se fait très vite un nom, puisque dès 1928 on peut voir Lina Radke médaillée d’or aux JO portant une de leurs créations, suivi par Jesse Owens en 1936.

Seulement voilà, l’amour fraternel se brise un jour de 1948. Les deux frères sont désormais séparés, et concurrents ! En septembre de cette même année, Rudolf Dassler pense créer Ruda (contraction de son nom) mais il n’aime pas le nom. Il choisit alors Puma, ou plutôt Puma Schuhfabrik Rudolf Dassler. Au cours de l’année suivante, c’est donc son frère Adi Dassler qui fonde son entreprise. Lui, il trouve que la contraction de son nom sonne plutôt bien, et Adi Dassler devient le créateur d’Adidas, enfin, Adi Dassler adidas Sportschuhfabrik, avec près d’une cinquantaine d’employés.
Les deux compagnies ne vont cesser de grandir, et devenir parallèlement deux géants du sport, comme si la bataille originelle entre les frères Dassler ne cessait de se jouer, aujourd’hui encore.

READ  Vans Authentic; bien plus qu'une basket, une culture

Un petit historique d’Adidas :
En 1954, la sélection allemande de foot gagne la finale de coupe du monde contre les imbattables hongrois, Adidas aux pieds. La marque devient héros national à elle seule. En 1965, la mythique Adidas Stan Smith est lancée, mais sous le nom Robert Haillet, du nom du joueur de tennis français qui l’a conçu. Il s’agit de la première chaussure de tennis en cuir, qui ne deviendra Stan Smith qu’en 1978, suite au partenariat contractualisé en 1973 avec le joueur de tennis américain. En 1986, le groupe Hip Hop Run DMC sort le son « My Adidas » en hommage aux gens d’en bas qui bossent dur dans des quartiers compliqués, et qui heureusement ont leur paire de sneakers préférées pour avoir un peu de bonheur aux pieds. C’est la naissance des campagnes de promotion au-delà d’un public sportif, et la création d’un style streetwear qui va vite faire des ravages auprès des jeunes du monde entier.

Quant à Puma, avant d’être acquis en majorité par le Groupe français Kering en 2007 (anciennement PPR), la marque a commercialisé sa première chaussure de foot dès sa première année de vie. En 1950 déjà, l’équipe de l’Allemagne de l’Ouest portait ces Puma « ATOM ». 2 ans plus tard, la « SUPER ATOM » signe l’arrivée des crampons dans le football. La fin des années 50 sera une période de fort sponsoring en foot et athlétisme, et les prémices des campagnes de pub telles qu’on les connait aujourd’hui. Puma n’hésitera pas à faire savoir que le roi Pelé devient meilleur joueur de la coupe du monde ’62, Puma aux pieds, et 4 ans plus tard la star portugaise Eusebio.

C’est depuis 1967 que l’on peut voir le logo actuel de la marque. Lutz Backes, un illustrateur de Nuremberg, en est le créateur.

1973 : Puma se fait un nom dans le Basket, grâce à Walt “Clyde” Frazier, qui se fait personnaliser une paire de Suedes.

Depuis, Puma n’a cessé de sponsoriser les plus grand du foot (Maradona, Lothar Matthaüs, l’équipe italienne de 2006 -_- ), du tennis (Boris Beccker, Serena Williams), et d’athlétisme (Usain Bolt, évidemment). Le basket-ball est resté la spécialité du frère ennemi, même si Frazier et plus récemment Vince Carter ont porté les couleurs du fauve bondissant.

 

  • 1960’s – Nike – Philip Knight – De Blue Ribbon Sport à la virgule

En 1964, Philip Knight a 26 ans et est sorti de l’université de Stanford deux ans plus tôt. Depuis pas mal de temps, avec Bill Bowerman, entraîneur d’athlétisme, ils ont un petit business qui est d’importer des chaussures de sport depuis le Japon. Adidas tient alors les rênes du secteur. Convaincus qu’il y a un truc à faire, ils décident de créer leur propre marque qui s’appellera Blue Ribbon Sport et commercialisera sous ce nom ce qui était en réalité des Onitsuka Tiger venues tout droit du Soleil Levant. 8 ans plus tard, après avoir écumé les stades d’athlétisme, les fondateurs créent officiellement la marque Nike (référence à la déesse grecque Niké) en 1972, afin de fabriquer ses propres modèles. C’est dans cette période que le swoosh, le logo de la marque est créé, selon la fameuse anecdote des 35 $ payés à l’étudiante en graphisme Carolyn Davidson. Mais ne vous méprenez pas, Carolyn est aujourd’hui bien à l’aise puisqu’elle a continué à travailler pour Nike à de nombreuses reprises et le Groupe lui a depuis remis une bague en or et diamant à l’effigie du swoosh pour la recompenser de cette réussite. Ca va..

READ  LA CULTURE SNEAKERS PASSE DE LA RUE AU PETIT ÉCRAN #4

Depuis les années 80, Nike n’a cessé de concurrencer Adidas et Puma et est devenue l’entreprise que l’on connaît aujourd’hui, notamment à travers son implication dans le basket-ball et la signature de Jordan en 1984. La Nike Air Force One basketball était la première chaussure de la marque dédiée à ce sport en 1982. En 2003, Nike rachète son concurrent Converse comme indiqué plus haut. En 2009, la virgule devient l’équipementier de l’équipe de France de foot au détriment d’Adidas, pour 320 M€.

 

  • 1980’s – Air Jordan

On vient de le dire, c’est en 1984 que Michael Jordan signe avec Nike, alors qu’il aurait préféré porter des sneakers Adidas (mais les Allemands n’ont pas voulu s’aligner). L’année suivante, les premières Air Jordan sortent et deviennent vite mythiques. En 1988, la marque « Jordan Brand » nait et se déleste du swoosh de Nike. La marque devient une filiale à part entière du Groupe, plutôt qu’un simple modèle Nike. C’est à partir de là qu’apparaît le Jumpan de Jordan qui sera le logo officiel de la marque.

 

Le contrat de 1984 entre Jordan et Nike

 

29 modèles s’appellent aujourd’hui Air Jordan (AJ), les AJ XX9 étant sorties en septembre 2014. En plus de cela, d’innombrables modèles annexes n’ont cessé d’alimenter la marque depuis 30 ans. Le 12 juin dernier, Michael Jordan était en visite à Paris pour célébrer cet anniversaire.

 

httpssss://vine.co/v/eOYrl2KlBmX