Vous les adorez, vous les détestez, vous entretenez avec elles des relations charnelles, tumultueuses, conflictuelles ou passionnelles. Elles vous hantent, vous obsèdent, et vous attendez les nouvelles créations comme un sultan attend son nouveau harem. Bref, vous êtes in love des marques qui font de votre corps une galerie d’art mobile et vous parlez de Nike, Adidas ou Reebok comme d’un membre (important) de votre univers social. Faisons le point sur les origines de grandes marques de sport qui font nos vies, aussi.

  • 1920’s – 1940’s – Adidas & Puma – Allemagne – la dispute des frères Dassler

En 1924, les frères Dassler, deux Allemands entrepreneurs, s’aiment encore et fondent l’entreprise Gebrüder Dassler Schühfabrik (fabrique de chaussures des frères Dassler) dans le but de fabriquer des chaussures pour athlètes. L’entreprise est florissante et se fait très vite un nom, puisque dès 1928 on peut voir Lina Radke médaillée d’or aux JO portant une de leurs créations, suivi par Jesse Owens en 1936.

Gebrüder Dassler Schuhfabrik, la « fabrique de chaussures des frères Dassler »

Seulement voilà, l’amour fraternel se brise un jour de 1948. Les deux frères sont désormais séparés, et concurrents ! En septembre de cette même année, Rudolf Dassler pense créer Ruda (contraction de son nom) mais il n’aime pas le nom. Il choisit alors Puma, ou plutôt Puma Schuhfabrik Rudolf Dassler. Au cours de l’année suivante, c’est donc son frère Adi Dassler qui fonde son entreprise. Lui, il trouve que la contraction de son nom sonne plutôt bien, et Adi Dassler devient le créateur d’Adidas, enfin, Adi Dassler adidas Sportschuhfabrik, avec près d’une cinquantaine d’employés.
Les deux compagnies ne vont cesser de grandir, et devenir parallèlement deux géants du sport, comme si la bataille originelle entre les frères Dassler ne cessait de se jouer, aujourd’hui encore.

READ  Sneakers Tech - La Uptempo prend de la hauteur

Un petit historique d’Adidas :
En 1954, la sélection allemande de foot gagne la finale de coupe du monde contre les imbattables hongrois, Adidas aux pieds. La marque devient héros national à elle seule. En 1965, la mythique Adidas Stan Smith est lancée, mais sous le nom Robert Haillet, du nom du joueur de tennis français qui l’a conçu. Il s’agit de la première chaussure de tennis en cuir, qui ne deviendra Stan Smith qu’en 1978, suite au partenariat contractualisé en 1973 avec le joueur de tennis américain. En 1986, le groupe Hip Hop Run DMC sort le son « My Adidas » en hommage aux gens d’en bas qui bossent dur dans des quartiers compliqués, et qui heureusement ont leur paire de sneakers préférées pour avoir un peu de bonheur aux pieds. C’est la naissance des campagnes de promotion au-delà d’un public sportif, et la création d’un style streetwear qui va vite faire des ravages auprès des jeunes du monde entier.

Quant à Puma, avant d’être acquis en majorité par le Groupe français Kering en 2007 (anciennement PPR), la marque a commercialisé sa première chaussure de foot dès sa première année de vie. En 1950 déjà, l’équipe de l’Allemagne de l’Ouest portait ces Puma « ATOM ». 2 ans plus tard, la « SUPER ATOM » signe l’arrivée des crampons dans le football. La fin des années 50 sera une période de fort sponsoring en foot et athlétisme, et les prémices des campagnes de pub telles qu’on les connait aujourd’hui. Puma n’hésitera pas à faire savoir que le roi Pelé devient meilleur joueur de la coupe du monde ’62, Puma aux pieds, et 4 ans plus tard la star portugaise Eusebio.

Les Puma Super Atom

C’est depuis 1967 que l’on peut voir le logo actuel de la marque. Lutz Backes, un illustrateur de Nuremberg, en est le créateur.

READ  Histoire : De Reebok à Air Jordan, la création des marques de sport

1973 : Puma se fait un nom dans le Basket, grâce à Walt “Clyde” Frazier, qui se fait personnaliser une paire de Suedes.

Depuis, Puma n’a cessé de sponsoriser les plus grand du foot (Maradona, Lothar Matthaüs, l’équipe italienne de 2006 -_- ), du tennis (Boris Beccker, Serena Williams), et d’athlétisme (Usain Bolt, évidemment). Le basket-ball est resté la spécialité du frère ennemi, même si Frazier et plus récemment Vince Carter ont porté les couleurs du fauve bondissant.