L’univers du jeu est totalement cool attitud’, on a eu envie de mener l’enquête plus loin auprès de Gamers et de voir en quoi ils se sentaient « Son Of Sneakers ».

Après une matinée riche en photos et en termes « Geekiens », on nous a présenté différents projets tout aussi dingues les uns des autres. Notez tout de même que chaque équipe de l’URBAN Jam a sa spécificité : le graff’, la littérature urbaine, les clips, la musique et le sport et ça donne naissance à une multitude d’idées que les participants ont bien voulu partager avec nous en quelques mots : 

Premier projet : « Littérature de rue » 

On a rencontré Delphine (ndlr : Delphine Fourneau) et Blachette qui nous ont expliqué le jeu développé par leur équipe, il s’appuie sur le « Hors série Fontenay sous bois » du magazine  Fumigène qui met en lumière des témoignages de Fontenaysiens (habitants de Fontenay sous-bois) dans leur quotidien.

Afin d’aller plus loin dans la symbolique sneakers on leur a posé les questions suivantes : 

 – Sur les personnages représentés, quels sont les codes vestimentaires repris ? 

Blachette : Pour les personnages repris en illustration, on leur a tous mis une paire de Sneakers, tout d’abord parce que les personnes interviewées par le magazine en portait toutes. Mais on a aussi voulu mettre cet élément en avant car qui dit Culture urbaine, dit Sneakers obligatoires ! De plus, durant leur évolution dans le jeu, peu importe le décor, la basket fait point de repère. 

– On a tous une paire qui nous a marqué, est-ce que tu peux nous parler de la tienne ? 

Delphine : Je vais plutôt te parler de ce que j’aime en ce moment. J’ai une paire de Converse Chuck Taylor All Star Brea Hi que je porte souvent, elles ont un côté Old school que j’aime beaucoup. 

Après, pour aller dans les contrastes, j’ai une paire de Vans violettes et j’aime également la marque Hummel

– Et justement quand tu es dans un JAM, qu’est ce que tu portes comme modèle ?

Delphine : Par exemple aujourd’hui s’il n’avait pas neigé, j’aurais porté une paire de Hummel, légèrement fourrée, elle est hyper confortable. Je suis plus à la recherche d’un truc cool et sobre vraiment comme ce que propose Hummel

READ  Red Bull Dance Your Style : Viens avec ton flow, tes sneakers et ta créativité

Second projet : L’entretien d’embauche  

On a rencontré Frédéric, qui nous parle de leur jeu qui s’appuie sur un clip vidéo. Le joueur incarne le rôle d’un jeune qui va à la rencontre d’un recruteur, ce dernier va devoir prendre des décisions qui risquent d’impacter la vie du jeune protagoniste (positives ou négatives) . La particularité du jeu réside dans le fait que ce jeune se présente affublé du combo « casquette-baskets » à l’entretien d’embauche.  Le but est de persuader le recruteur de le garder en adoptant des attitudes qui donnent des bons points. Le tout se déroule le temps d’une chanson. Une fois l’expérience finie, fonction des attitudes adoptées, un clip unique est construit correspondant à l’expérience vécue de chaque utilisateur. 

– Sur la représentation faite de votre personnage pourquoi avez-vous choisi la symbolique de la « Casquette-Baskets »? 

C’est l’opposition qu’il y a entre l’image traditionnelle de la tenue corporate qu’on arbore et une paire de Sneakers qui nous a intéressé. Déjà parce que les Baskets ne vont pas toujours avec tout (ndlr : on a réfléchi sur le coup et on a eu des idées de styles étranges, mais si on les porte avec une robe de mariée… Il n’y a plus de limite je crois maintenant Frédéric !! ). Dans une entreprise, il y a des codes, le fait que le Friday Wear soit autorisé ça sous entend bien que les autres jours c’était proscrit. Autant l’habit ne fait pas le moine; le costard cravate ne fait pas de toi un professionnel, comme la basket ne fait pas de toi un voyou. Ton uniforme ne fait pas ta personnalité, il faut essayer de voir au delà de l’apparence et de l’image. Il y a pour nous une belle conjonction de ces deux idées qui se retrouve dans notre projet. Il y a un mythe à casser auprès de la perception qu’on se fait de la banlieue, comme celui qu’on se fait autour de l’uniforme. 

– Est ce que tu as une paire de Sneakers qui t’a marqué ?

Frédéric : Je en suis pas du genre à changer beaucoup, en général quand une de mes paires meure j’ai tendance à racheter la même. 

READ  La Converse, emblème suprême de la rebellion

J’ai une cinquantaine d’années, je peux donc te parler de la Stan Smith, qui est revenue à la mode, elle m’a marqué car ça me rappelle ma jeunesse; on ne pouvait pas l’avoir vu la célébrité autour du modèle, aujourd’hui elle revient au travers d’une vague vintage qui permet aux plus âgés de se replonger dans leur souvenir et c’est drôle de voir que pour les plus jeunes c’est tendance alors qu’à l’époque ils n’auraient peut-être pas misé dessus. Aujourd’hui tout revient en force, la mode est un cycle. Quand je vois mes deux filles de 20 et 23 ans s’habiller aujourd’hui avec des hauts qui étaient ring’ à mon époque, aujourd’hui tu les vois dans toutes les boutiques. Bon, c’est vrai, dans le cas de mes filles ça leur permet de se créer un style propre à elles. On nous a mis en tête que le mieux avant était cool, du coup tout va dans ce sens. 

Troisième projet : « Seed Bombs » 

On a rencontré Marie qui nous a accueilli avec ses petits chaussons lapins tout mignons prévus exprès pour le JAM. Elle qui nous parle de leur projet basé sur la sauvegarde d’un quartier pour éviter sa destruction, l’idée est de jeter des bombes de graines afin de végétaliser l’espace et le rendre plus agréable. Le joueur se déplace dans une ville très grise et bétonnée, il va pouvoir créer des bombes de plantes et va aller les lancer dans la ville, afin que les plantes puissent se développer et occuper l’espace. 

– On dit souvent que la basket est synonyme de Cool attitude et c’est ce qu’est l’univers des Gamers, je voudrais avoir ton avis dessus?

Marie : Je connais très peu de personnes qui ne portent jamais de Baskets, ou qui n’ont pas leur style de baskets préférées. Il y a deux ans j’ai acheté une paire de Vans NES et j’ai ajouté des triangles en métal dans les lacets histoire de la personnaliser. C’est ma paire de geek !! Les sneakers ajoute un côté cool, du coup comme je sais que j’ai un style très féminin dans l’univers des jeux vidéos, je suis souvent en robe; du coup mettre des baskets, ça apporte un côté un peu plus sport et passe-partout dans un univers aux antipodes de mon look vestimentaire. 

READ  La sneakers, objet de Pop Culture ?

– Est ce que tu as une paire de Sneakers qui t’a marqué ?

Il y avait une marque en particulier que j’ai découvert lors d’un voyage en Angleterre qui s’appelle Baby Cham, c’est une marque de Champagne qui avait fait une collection de Sneakers pour enfants, la première fois que je les ai vu je n’ai pas pu mes les offrir car elles étaient trop chères. L’année d’après quand je suis retournée en Angleterre, je m’en suis acheté, puis ensuite 3 ou 4 paires par Internet. C’est une marque que l’on trouve qu’à Londres. Et ce qui est drôle c’est que la marque de Champagne a repris le même logo pour ses sneakers. Aujourd’hui ça fait très rock années 50, avec un esprit très coloré et girly. A l’époque c’était plus simple, avec deux paires de lacets un coloré et l’autre blanc et les semelles étaient plein de motifs du coup quand tu marchais ça laissait des empreintes assez cool. Je n’en porte plus aujourd’hui, mais je pourrais encore porté le modèle fleuri plus passe-partout. C’est vraiment la marque de sneakers que j’adore ! 

Au total 8 projets ont été présentés dimanche à l’ensemble des personnes présentes, phases de tests, conférences, interventions, tout est prévu pour passer un moment sous le signe des jeux vidéo. 

L’idée de cette approche était de partager et de permettre des échanges avec d’autres passionnés, ceux du jeu vidéo et de démontrer que la sneaker reste le lien avec tout plein de disciplines. Ces liens ne se font pas systématiquement car parfois ils nous semblent beaucoup trop éloignés de nos kicks préférées. Qu’à cela ne tienne! Malgré l’univers très codé que représente le jeu vidéo, cette introspection nous a permis de comprendre et de réaliser que la Sneaker est plus qu’un simple mélange de matériaux. Malgré le fait qu’elle puisse parfois diviser, n’oublions pas que nous sommes tous des Son Of Sneakers, que l’on possede 3 paires ou 250. Ceci n’est pas qu’une simple chaussure ceci est une CULTURE !!