Ce matin, je me suis réveillé avec cette citation de Sénèque : « La vie ce n’est pas d’attendre que l’orage passe, c’est d’apprendre à danser sous la pluie ». Elle m’a fait réfléchir, surtout quand je prends en compte certains évènements récents. Entre l’envahissement d’un terrain parce qu’un joueur montre son maillot, un coup de pied parce qu’on se fait insulter ou une vengeance à l’arme automatique, je me dis que ce monde bascule dans la folie pas très douce. Je m’arrête seulement à ces faits marquants de la semaine, mais j’aurais pu dresser une liste bien plus longue encore. Je me retrouve donc à devoir expliquer encore une fois à mes enfants ce qu’ils doivent retenir de ces actes. Je tente d’être objectif et de garder la tête froide. Mais il est compliqué, presque vertueux de ne pas basculer. Je tente donc tel Fred Aster dans « chantons sous la pluie » de faire des claquettes sous le déluge. Tant pis si je mouille mes « cement » pour ce faire. Bref, je tente d’éduquer mes fils du mieux possible, tout en sachant que ces valeurs que je leur inculque peuvent exploser en plein vol à la moindre bourrasque. Il suffit d’un idiot. Les américains disent « right man at the right place » pour dire qu’on est au bon endroit, mais quid du mauvais endroit au mauvais moment ?

 

Alors je me réfère à nouveau à Sénèque, « mieux vaut guérir l’offense que la venger ». Après tout qu’est-ce qu’un maillot brandi ? Qu’est-ce qu’une insulte venue d’un inconnu qui n’a aucun lien avec notre vie ? Pourquoi ressentir tant de colère et de haine, alors qu’il avait déjà frappé ? Allez expliquer ça à un gamin. Heureusement, j’ai également reçu de bonnes nouvelles ce weekend édulcorant un peu ma douleur. Voir la famille Son of sneakers réunie, ça fait chaud au cœur. Parler de choses plus légères, de choses de la vie quotidienne, prendre des nouvelles, voir que ça avance. Ça fait du bien. Se dire qu’au fond la vie ce n’est pas que de la haine, de la violence et du racisme, ça permet d’avancer. Du coup on poursuit notre danse endiablée entre les gouttes. Même si apprendre que Kaepernick n’a toujours pas de franchise alors qu’un tiers des titulaires à son poste ont moins de talent que lui (ce n’est pas moi qui l’affirme). Demandez aux fans de Houston s’ils garderont longtemps leur patience devant les performances navrantes de leur nouveau QB. Tout ça pour un genou à terre. Tout ça parce qu’il a été le premier à dénoncer une injustice. Finalement, le monde n’a pas changé. J’aurais bien chaussé mes Kobe BMH, telles des bottes de sept lieues afin partir en guerre contre ces ineffables hypocrisies…

READ  Lisbonne - L'éphémère visage du street art

J’aurais pu ou j’aurais dû. Je me contenterai de lutter à ma manière. Clavier en main, menton fier et sneakers aux pieds. La culture, le savoir et l’éducation sont les meilleures armes pour ne pas sombrer. L’intelligence ne suffit pas si on ne sait pas l’utiliser. Sans vouloir passer pour un donneur de leçons, je dis juste qu’on doit garder les yeux ouverts et la tête froide et communiquer. Je suis heureux de faire partie de Son Of Sneakers, car au-delà de la basket, on essaie d’expliquer, de diffuser et de faire connaitre la culture sneaker. Comme je l’ai déjà dit, ce n’est pas juste acheter et vendre des baskets. C’est également une façon de vivre sa vie. La vie est trop courte pour rester enfermé durant l’orage, il faut aussi savoir prendre le risque de se mouiller pour avancer. Alors, chaussez vos sneakers et marchez, courez et dansez sous la pluie. Je finirai par cette dernière citation de Sénèque : « La philosophie enseigne à faire, non à parler »